lundi 24 septembre 2007

Les vainqueurs de la start-up academy européenne


6 heureux élus seulement sur un casting de 240 candidats. La sélection a été rude pour la première édition de SeedCamp, la start-up academy européenne organisée par Saul Klein, vice-président de Skype et associé du fonds Index Ventures.

Pendant 3 mois, les entrepreneurs de ces 6 sociétés sélectionnées par un jury composé par des dirigeants de fonds d’investissements et des entrepreneurs vont avoir la possibilité de développer leur projet à Londres, aidés en cela par 50.000 euros de gains (en contrepartie de 10 % de leur capital).

Immo-Sat.com vous présente ces six projets, certains à peine dégrossis, d’autres encore sur papier, qui ont gagné le droit d’être médiatisées avant l’heure et de se faire connaître aux investisseurs comme les premières gagnantes du concours SeedCamp.


1 -) Une place de marché dans le bâtiment :



Créée mi-2006 par Ryan Notz, un tailleur de pierre, Buildersite.co.uk est une place de marché dans l'univers du bâtiment. Le site met en relation les professionnels du secteur avec les particuliers mais aussi avec les ouvriers.

Ainsi, les particuliers désireux de faire réaliser des travaux chez eux ou faire construire s'y inscrivent pour trouver des sociétés dans leur région. Mais Buildersite est aussi une plateforme d'emploi sur laquelle les salariés du bâtiment peuvent déposer leur CV et les entreprises déposer des petites annonces. La société se rémunère par le biais de commissions ponctionnées sur les contrats signés par son entremise.


2 -) La gestion financière personnelle :


Site Web : Kublax.com

Kublax est une société Londonienne qui développe une solution de gestion de finances personnelles en ligne, fondée par Sridhar Sethuraman et Anil Munshi. L'ambition de la start-up est de créer un outil capable de gérer depuis une interface Web l'ensemble des flux financiers de ses utilisateurs, et de les analyser. La société accompagne ce service d'un réseau social dédié aux finances personnelles. Si un tel service existe déjà aux Etats-Unis, le jury a considéré qu'une place était à prendre en Europe.


3 -) Project playfair à quoi sert l'hypernombre ?

Site Web : Projectplayfair.com

Venant d'Ecosse, Playfair est toujours en développement et reste quelque peu mystérieux. Son fondateur, qui travaille sur son projet en parallèle de son travail reste très discret. Pour se présenter, la société explique avoir créé l'hypernombre. C'est-à-dire le pendant du lien hypertexte, mais pour les nombres. Un concept encore flou mais qui semble avoir retenu l'attention du jury.


4 -) Rent Mine Online, l'eBay de la location


Le projet de Rent Mine Online est de mettre en relation des internautes qui voudraient louer des produits ou des services proposés par d'autres. Basée en Hollande, la société vient de mettre son site en ligne, l'offre est donc encore rare.

La société travaille en partenariat avec Facebook. Il faut ainsi être membre du réseau social pour utiliser le service. Son fondateur, Ed Spiegel, mise ainsi sur les liens entretenus parmi les membres du réseau social pour donner confiance aux internautes en l'utilisation du service. Il compte aussi sur ce partenariat pour appuyer le développement de la société à un réseau de 35 millions d'utilisateurs.


5 -) Réservez une table à New York, pour ce soir


Site Web : Tablefinder.com

Tablefinder est une sorte de guide de restaurants collaboratif. En d'autres termes, les internautes peuvent y déposer des photos des restaurants dans lesquels ils ont dîné, indiquer les menus, la carte, poster leurs commentaires, etc. L'objectif de cette société suédoise est de pouvoir permettre par la suite à ses utilisateurs de réserver une table dans un restaurant par son intermédiaire. Tablefinder compte se rémunérer en percevant des commissions sur les réservations dont elle est à l'origine.


6 -) Les contenus intelligents


Site Web : Zemanta

Cette start-up slovène édite une application qui permet d'enrichir un simple texte en vue d'une publication sur le Web. Une fois le texte inséré dans la moulinette, il ressort illustré d'une photo, de liens hypertextes, de mots clés, et même de liens vers des articles se rapportant au texte. Une application rêvée pour les éditeurs de contenus, qu'ils soient professionnels ou simples blogueurs amateurs. Malheureusement, la démonstration accessible sur le site ne fonctionne pour le moment qu'en Slovène…




1 commentaire:

Tolla a dit…

You write very well.